Les 3 super pouvoirs pour réaliser 1 Killer feature

super pouvoirs

Des super pouvoirs ? Rien que ça ?

Et oui, si vous pensez avoir trouvé la killer feature, si vous êtes sûr de votre coup et que vous savez exactement quoi développer.

J’ai une mauvaise nouvelle, c’est maintenant que le plus dur reste à faire.

En effet, sortir une killer feature, c’est un peu plus compliqué qu’une mise à jour logiciel ou un rafraîchissement d’interface.

Non, s’il s’agit réellement de LA fonctionnalité qui peut tout changer, il va falloir sortir vos tripes et tout donner.

Pour faire suite à mon post précédent, je vous décris les super pouvoirs qu’il vous faut pour réaliser votre plan.

Le numéro 1 des super pouvoirs : UN MENTAL DE CHAMPION

Placer la barre haute

Une killer feature c’est 5% d’idée et 95% d’exécution.

Si vous l’exécutez mal ou à moitié, vous n’aurez pas le résultat escompté.
Il n’y a rien de pire que de gâcher une telle opportunité

Ainsi il va falloir être intransigeant avec vous même et ne rien laisser passer.

Quand vous batissez une Killer feature, vous devez vous mettre dans une bulle ou votre motivation et votre exigence doivent être à leur maximum pendant le temps nécessaire.

Dans le quotidien il est difficile d’être à 100% du matin au soir, 5 jours par semaine, pendant des mois. On laisse parfois passer des choses ou on fait des compromis.

En mode killer feature, vous entrez dans un marathon où votre dose de concentration et d’énergie doit être à son paroxysme.

  • Toutes vos users stories doivent être extrêmement claire et précise
  • Vos maquettes doivent être définies au pixel près
  • Vous allez devoir superviser la période de test (recette) au microscope.
  • Vous ne pouvez pas accepter le moindre écart ni le moindre compromis.

Quand vous entrez dans cette bulle, il est possible que votre stress augmente et que vous deveniez insupportable pendant un temps.

Vous allez devoir redoubler d’effort, passez plus de temps au bureau, boire plus de café, minimiser les distractions.

Cela ne va pas durer, il s’agit juste d’une étape à passer.

Votre carrière peut se jouer sur ces quelques semaines ou ces quelques mois d’intenses efforts. Croyez moi, le jeu en vaut la chandelle.

J’ai un bon ami à moi qui m’a tout le temps dit.

Le secret c’est de ne pas d’essayer d’être bon tout le temps mais de savoir se surpasser quand il le faut. 

En mode Killer feature, l’un de vos super pouvoirs doit être de vous surpasser.
C’est ça qui constitue les 95% d’exécution. C’est ça qui va laisser une empreinte.

Motiver vos troupes

Une chose est sûre,vous ne pouvez pas sortir une killer feature seul.

C’est un travail collectif qui nécessite une synchronisation et une entente parfaite avec votre équipe.

Si vous êtes le seul en mode killer feature et que votre équipe ne comprend pas l’ampleur de l’enjeu, il y a peu de chances que vous réalisiez un travail d’excellence.

Une fois la feature bien définie dans votre esprit, parlez en à votre équipe.

N’en parlez pas sur un coin de table. Rassemblez les dans une salle de réunion et préparer votre pitch.

Si possible ayez une courte présentation avec les défis, les objectifs et les bénéfices.

Faites leur comprendre qu’il va falloir que tout le monde se surpasse pendant un temps et que cette feature vous tient spécialement à coeur.

Indiquez que pour cette feature vous ne laisserez rien passer.

Partagez votre état d’esprit et votre passion.

N’hésitez pas à répétez ce pep talk aussi souvent qu’il le faut.
Tous les jours si nécessaire et en particulier lors du backlog grooming et du sprint planning.

Votre objectif doit devenir la mission de chacun.

Encore une fois, il se peut que vous soyez un petit peu insupportable pour certains, tout dépend des membres de votre équipe et de leurs motivations.

Rappelez le vous encore une fois, cette Killer feature doit laisser une empreinte.

Faites comprendre que c’est un challenge d’équipe, c’est une sorte de compétition ou vous devez être les vainqueurs et tous en sortir grandit.
La médiocrité ou le “pas mal” ne seront pas acceptés.

Le numéro 2 des super pouvoirs : SAVOIR CONVAINCRE

OK, vous avez la killer feature en tête.

Votre équipe est prête à vous suivre dans ce challenge.

Le travail préparatoire est fini (Users stories, maquettes, contenu, roadmap…)

Tout le monde est à bloc.

Seulement voilà, une Killer feature a pour mission de redistribuer les cartes.

C’est en général le genre de fonctionnalités qui repoussent les limites.

Et qui dit limites, je parle de limites internes. Celles qui vous empêchent d’avancer et de réaliser votre travail.  

Voici les 3 limites les plus courantes que vous allez devoir surmonter grâce à un autre super pouvoir: convaincre.

1. Les limites techniques

Le vieux poncif du “c’est pas possible” ou “Ca va prendre trop de temps”.

Imaginez vous pitchez votre roadmap en réunion, votre plan est fin prêt.
Les bénéfices utilisateurs et business sont énormes mais le directeur technique arrive et casse l’ambiance.
Ce n’est pas la première fois que cela arrive. Vous avez déjà dû abandonner plusieurs projets pour les mêmes raisons.

Seulement voilà cette fois-ci ce n’est pas possible. Après toutes les concessions que vous avez faites dans le passé, cette fois ci c’est la bonne.

Faites lui comprendre que si c’était facile, tout le monde l’aurait déjà fait. Mettez le au défi, trouvez la corde sensible.

C’est justement parce que c’est un défi technique que l’on doit le faire.  En le faisant, on devient des pionniers et on met un taquet à toute la concurrence.

On reprend la main, on garde notre position de leader ou l’on devient le leader.

“C’est parce que je sais que c’est difficile que je te le demande. Je sais que tu peux le faire. Si on a la chance de t’avoir dans la boite, c’est pour réaliser des projets de cet ampleur”.

Utilisez toutes vos armes.
Lisez des livres sur l’art de convaincre.

Entourez-vous, rassemblez des soutiens de poids dans l’entreprise pour vous relier.

Retourner la situation de sorte que cette limite devienne la priorité numéro 1 de l’ingénierie.

Transformez l’obstacle en opportunité.

2. Les limites Business

Celle là, c’est aussi un classique.
Les business owners (directeur/trice Marketing, commercial, fondateurs…) ne sont pas convaincus.

Ils ont peur du risque ou de la disruption que vous allez apporter sur le produit ou pour les utilisateurs. N’oubliez pas que c’est leur job d’être frileux.

Soyez préparé, envoyez un max de données et de rapport marché (études de marché, questionnaires utilisateurs, tendance…).

Si cela ne suffit pas. Négociez un test A/B pour limiter le risque. Dites un truc du genre.

Voici ce que je vous propose, on fait cette feature mais on la met en prod pour 5% ou 10% des utilisateurs seulement.
Mon objectif est de comparer les métriques entre ceux qui l’ont et ceux qui l’ont pas.

Si on échoue, on roll back.

Assurez vous aussi de présenter des perspectives très fortes qui représentent des opportunités impossibles à manquer du genre :

  • Cette feature c’est minimum 10% d’acquisition supplémentaire chaque mois
  • Avec ça, on vise une augmentation de 20% du CA à l’année ou annoncez carrément un chiffre concret du genre: Ca représente une opportunité à 3 millions à l’année.
  • Etc…

Je sais, c’est risqué mais si c’est la seule façon pour que ça passe, foncez.

Souvenez-vous du super pouvoir numéro 1 : Ayez un mental de champion, soyez ambitieux.

3. Les limites Psychologiques

Le dernier obstacle c’est un peu les 2 d’avants réunis mais exprimé par vos interlocuteurs de façon irrationnelle.

Ils n’ont pas d’arguments valides à vous proposer (limites techniques ou limites business) mais ils vous bloquent.

Cherchez d’abord à comprendre pourquoi ?

  • Ils ont peur ?
  • Ils ne vous font pas confiance ?
  • La feature ne leur plait pas ?

Ces limites sont les plus difficiles à contourner car il se peut que vos arguments ou vos preuves tangibles ne suffisent pas.  Ce genre de limites se joue sur la carte émotionnelle.

Il n’y a pas de recette miracle car dans cette situation. Chaque cas est différent mais il vous faut absolument un moyen de faire pression.

Normalement en tant que product owner, vous ne devriez pas dealer avec de l’irrationnel, vous êtes le représentant de l’utilisateur, c’est vous qui devriez avoir le dernier mot car l’utilisateur est le boss.

Néanmoins, je sais les pressions auxquelles sont parfois soumis les POs dans la réalité de l’entreprise.

Il y a souvent des décideurs au dessus qui vous imposent des décisions arbitraires qui vont complètement à l’encontre du bons sens.

Soyez courtois dans la forme mais restez déterminé.

Ne pointez pas leur incohérences mais balancez encore une fois des chiffres ou des opportunités qui sont impossibles à refuser.

Si malgré tous vos efforts et votre patience, ça ne passe pas, attendez la conclusion de ce post, je vous donne une solution radicale.

Le numéro 3 des super pouvoir : ETRE MAITRE DU TEMPS

Dans la panoplie des super pouvoirs, celui qui est le plus essentiel c’est le timing.

Une killer feature ça se prépare mais ça se lance aussi au bon moment.

Pour cela, vous devez être maître du temps.

Dans ce registre, il y a un temps pour vous et un temps pour les utilisateurs.

1. Le temps pour vous :

Si le lancement de cette killer feature représente un défi technique ou business, il y a un risque de disruption.

Ce risque comme nous l’avons vu auparavant dans le chapitre des limites, vous impose de redoubler d’effort pour convaincre certains Stakeholders.

Ainsi, assurez vous de proposer votre plan au moment où vous avez le plus de crédits dans l’entreprise

Ce moment c’est soit au tout début de votre prise de poste ou après environ 18 mois d’ancienneté.

Au tout début :

Quand vous venez d’être embauché, il y a beaucoup d’attentes sur vos épaules.
Parfois certains employeurs vous attendent comme le messie.

Si vous êtes le premier product owner embauché dans la boîte, si vous rejoignez une équipe produit toute jeune, il y a des chances que les stakeholders vous donnent carte blanche.

On vous voit comme l’expert qui va débloquer des situations.

A ce moment, si dès votre arrivée vous croyez avoir identifié la killer feature manquante, foncez car ce moment ne se reproduira peut être plus.

C’est assez risqué car vous ne connaissez pas encore très bien le produit mais si vous avez beaucoup d’expérience derrière vous et que vous êtes déjà utilisateur du produit, saisissez l’opportunité.

Au bout de 18 mois:

Dans le cas où au moment de votre embauche :

  • Vous étiez encore junior
  • Vous n’aviez pas identifiez la killer feature car vous ne maitrisiez pas le produit ou le marché.
  • Vos responsabilités et votre autonomie étaient limitées car le management était méfiant sur vos expertises ou votre rôle.

Alors, vous devez attendre un certain moment pour faire vos preuves et gagner la confiance de vos collègues et des stakeholders.

Si vous avez été sérieux, pro et compétent pendant au moins 12 à 18 mois, votre crédit de confiance devrait être suffisant pour prendre des risques.

C’est le bon timing pour proposer votre plan.

2. Le temps des utilisateurs (Time to market)

Au delà d’être prêt et d’avoir tous les feux au vert en interne, assurez-vous que le marché est mûr également.

Normalement, ce conseil s’applique à tout type de feature et si vous avez correctement fait votre taf, vous avez déjà sondé le marché. Vous connaissez ses attentes.

Néanmoins je préfère rappeler les bases car bien souvent je vois des POs trop enthousiastes qui foncent sans prendre la peine de checker le marché.

Quand on croit avoir une super idée, l’auto persuasion peut vous tuer.

Les gens se gargarisent de leurs super plans qu’ils ont élaborés seuls dans des sessions de brainstorming et workshops.

L’hallucination collective gagne toute l’entreprise et on se retrouve à stratégiser dans son cocon en oubliant la réalité du marché.

Aussi sexy soit elle, faites gaffe à ce que le time to market de votre feature soit adéquat.

FAITES ALL IN

Sortir une Killer feature ça se prépare et demande des super pouvoirs.

Mais au delà des 3 super pouvoirs que j’ai cité précédemment, il y en a un 4ème qui se définirait vulgairement comme ceci:  Avoir des corones.

Une killer feature arrive soit par accident (vous ne l’avez presque pas fait exprès) soit vous l’avez planifié.

Si vous l’avez planifié, vous devez prendre tous les risques y compris celui de vous planter et de vous discréditer aux yeux de vos collègues.

Après avoir hypé et embarqué tout le monde dans l’aventure pendant des semaines, si c’est un échec (voir même un demi-échec) attendez vous à recevoir des critiques.

Votre crédit confiance va chuter en flèche, voire même, vous risquez de vous faire virer.

Tout dépend de l’ampleur évidemment, mais si vous avez mobilisé la moitié des ressources techniques pendant plusieurs mois et que l’on comptait sur vous pour augmenter les résultats de l’année (revenus, acquisition…), alors la chute peut être brutale.

De mon point vue, ça fait partie du jeu. On itère, on vise à coté, on apprend, on recommence et la prochaine fois on fera forcément mieux.

Seulement voilà, toutes les boites n’ont pas la patience d’attendre. Ce n’est pas perçu comme ca dans toutes les cultures d’entreprises.

Dans des organisation assez traditionnelles, on calcule en coût argent et en coût ressources.  On a pas de budget risques.

Se tromper est perçu comme un échec et surtout une perte sèche.

Je comprend tout à fait la logique, mais si le mindset de votre entreprise est celui-ci, il y a fort à parier que la qualité produit soit médiocre.

Les meilleurs produits sont fait par des gens qui savent prendre des risques et assument de se tromper.

C’est cette capacité à assumer qui les placent au dessus de la masse. 
Ce sont des passionnés qui visent haut, qui savent embarquer des gens avec eux dans l’aventure et savent calculer le bon moment pour se lancer.

Les meilleurs produits sont forcément réalisés par les meilleurs POs, pas par ceux qui ont le plus de moyens à disposition ou par les plus conservateurs.

Ne soyez pas frileux, ne soyez pas moyen, ne soyez pas médiocre.

Essayez d’élever le niveau. Il faut conquérir ou sortir.

Faites ALL IN.

Si vous gagnez, vous serez une Rockstar.

Si vous perdez, apprenez de vos erreurs et rebondissez.

One Reply to “Les 3 super pouvoirs pour réaliser 1 Killer feature”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *