Réussir son entretien d’embauche de Product owner

Vous avez décroché un entretien d’embauche pour le poste de product owner ?

Félicitation, c’est une belle étape de franchie.

C’est maintenant que tout va se jouer !

Dans ce post je vous explique :

  • 3 choses à vérifier avant un entretien d’embauche de product owner
  • Les différents types d’entretiens
  • Les 6 pièges à éviter en entretien

3 choses à vérifier avant un entretien d’embauche de product owner

Si vous avez lu mon post précédent, vous savez que pour séduire un recruteur il vous faut travailler une proposition de valeur.

Gardez cette carte pour le moment de la rencontre avec l’employeur.

Avant cela, il y a 3 choses à vérifier

  1. Le produit
  2. L’industrie
  3. Le timing

1. Le produit

Ça parait évident mais je suis toujours abasourdi de voir le nombre de candidats que je reçois pour un poste de PO et qui n’ont pas testé le produit avant de me rencontrer.

Si cela se produit, vous n’avez que 2 excuses possibles :

  • L’entreprise n’a pas voulu communiquer sur l’objet de la mission et s’apprête à lancer un nouveau produit qui n’est pas encore sur le marché.
  • Le produit ou la solution n’a pas de version testable gratuitement ou n’est pas accessible sur le marché sans un compte professionnel.

Pour le reste, franchement, c’est délirant !

Plus que n’importe quel poste, le product owner est au centre du produit. 

Se rendre à un entretien et ne pas avoir testé un minimum le produit qui fait l’objet de la rencontre est une faute professionnelle.

Si c’est votre cas, vous ne méritez pas le job.

Si vous pouvez le tester.

  • Identifiez la technologie
  • Notez les fonctionnalités phares
  • Découpez les fonctionnalités en US et en épic pour entrer dans la tête des product owners qui l’ont conçu.

Prenez des notes, notez vos questions et pensez à les amener lors de l’entretien.

Vous aurez certainement la possibilité d’aborder ce sujet au cours d’un entretien.

Croyez moi, c’est un gros plus dans la perception de l’employeur.

2. L’industrie

Un produit évolue toujours dans un marché et dans une industrie.

Si vous avez candidaté en fonction de votre proposition de valeur, il y a de fortes chances que vous connaissiez déjà le secteur.

Néanmoins si ce n’est pas le cas, renseignez vous.

Ici, encore plus que pour le produit, vous n’avez pas d’excuses. 

Toutes les informations sont à portée de main avec un peu de recherche Google.

  • Lisez des articles et des études, si possible récents.
  • Essayez de comprendre la position de l’entreprise dans le marché.

6 infos clés à connaître au minimum :

  • Chiffres du marché (CA total annuel France, Europe, Monde)
  • Croissance du Marché
  • Top 3 ou Top 5 des acteurs / concurrents
  • Maturité du marché (historique de l’industrie ? Nouveau marché ?)
  • Tendances du marché / Prévisions 
  • Top 3 des blogs ou médias d’informations qui relatent du contenu sur cette industrie.

NB:

Ne faites pas l’erreur de la majorité des candidats qui ont juste checké le site corporate de l’entreprise 2 heures avant de venir en entretien

Dans la majorité des cas, les sites corporate sont mal écrits et ne racontent rien d’utiles (surtout si c’est une grosse boîte).

3. Le timing de l’embauche

Le timing de votre embauche coïncide automatiquement avec un moment clé de la vie de l’entreprise.

Peut être qu’il est facile à deviner :

  • Nouvelle levée de fond de l’entreprise
  • Lancement d’un nouveau produit
  • Rachat / acquisition d’une solution à intégrer
  • Explosion de la croissance de marché
  • Volonté de passer à l’agilité 
  • Besoin de remplacer le PO précédent

Parfois, cela demande un peu plus de recherche

Peu importe le contexte, si une entreprise à décider d’avancer sur l’embauche d’un product owner cela veut dire qu’elle a identifiée un besoin.

Faites tout pour comprendre le réel besoin derrière cette embauche. 

Si vous n’avez vraiment aucune idée, faites des hypothèses

Posez vous les questions ?

  • Pourquoi un product owner ?
  • Pourquoi maintenant ?
  • Quel est l’objectif ?

Plus vous allez comprendre le timing de l’embauche, plus vous serez en mesure de performer pendant votre entretien et décrochez le job de product owner.

Ne négligez pas ces 3 facteurs. Ils sont fondamentaux pour réussir un entretien ou une série d’entretiens.


Si vous voulez vraiment le job, prenez les au sérieux.

Les différents types d’entretiens

Identifier le processus d’entretien

Pour un poste de product owner comme pour la plupart des postes, ce n’est pas 1 mais plusieurs entretiens que vous allez devoir passer pour obtenir le job.

Il n’y a pas de règles précises mais voici les entretiens clés pour une embauche d’un product owner qu’il faut connaître

  • Le pré-entretien téléphonique
  • L’entretien avec votre futur Manager et/ou les autres product owners
  • L’entretien technique

Voyons ensemble, comment se comporter dans chacune de ces étapes.

Le pré-entretien téléphonique

Le pré-entretien téléphonique est normalement une formalité qui vous permet de faire connaissance avec le responsable de recrutement qui doit vous expliquer en détails l’offre d’emploi.

En réalité cet entretien est crucial et certainement le plus délicat à négocier.

Beaucoup de choses peuvent partir en vrille lors de cette conversation et vous éliminer purement et simplement du processus de recrutement.

8 conseils pour passer cette étape :

1. Soyez enthousiaste, essayez de sourire.

Ce n’est pas parce que le recruteur ne vous voit pas que vous pouvez vous permettre de faire autre chose en même temps.
Au contraire, votre interlocuteur doit ressentir à l’autre bout du fil que vous êtes une personne agréable et professionnelle.
Mettez vous à sa place, un responsable de recrutement fait des dizaines d’appels similaires chaque semaine avec des candidats pour leur expliquer l’objet des missions.
C’est une tâche répétitive et ennuyeuse. Rendez lui la tâche plus agréable.

2. Ecoutez attentivement et ne l’interrompez pas.

Il y a beaucoup de chances que votre interlocuteur à ce stade ne soit pas un spécialiste produit. Même s’il vous dit des banalités, laissez le finir.  Montrez que vous êtes à l’écoute.

3. Tenez vous en à votre proposition de valeur.

L’objet de cet appel pour le recruteur est de cocher des cases.
Son job est de vérifier si la description de votre CV est en adéquation avec ce que vous racontez.
Il s’agit de le rassurer pour qu’il vous donne le feu vert pour vous inviter à un entretien physique.
Ne partez pas dans des explications techniques ou des détails inutiles. Faites courts et précis. Collez vos réponses à l’objectif de la mission proposée.

4. Montrez que vous avez fait vos devoirs

Il y a de fortes chances que ce recruteur vous demande si vous connaissez son entreprise, le marché et l’industrie.
C’est le moment de ressortir ce que vous avez étudié et de (voir plus haut).

5. Ne raccrochez pas sans connaitre le timing de l’embauche

A la fin de la conversation, il y a des chances qu’il vous demande si vous avez des questions. Si vous n’avez pas compris le timing de cette embauche, profitez en pour lui demander la raison et le contexte de cette embauche.

6. Identifiez le processus de recrutement

Au cas ou ce recruteur ne vous l’a pas expliqué (j’en doute), demandez lui le processus de recrutement

  • Combien d’entretiens ?
  • Avec qui ?

Avec cette info vous allez pouvoir préparer les autres entretiens

7. Clarifiez le budget

Enfin, une des choses qui est évoqué lors de cet appel concerne vos prétentions salariales. Ne donnez pas de nombre fixe mais plutôt une fourchette de salaire (vous pourrez négocier plus tard).
Si vous avez postulé à une offre sans connaître le salaire proposé, n’essayez pas de le deviner ou négocier. Ayez une fourchette claire en tête et exprimez la clairement.
Si vous êtes trop haut, tant pis. Cela évitera à tout le monde de perdre du temps.

8. Ne perdez pas votre temps

Après cet appel, vous devriez savoir si vous avez passé l’épreuve avec succès (Ça se sent).
Si vous n’avez pas de nouvelle de la part du recruteur 7 jours après cet entretien, envoyez lui un e-mail de courtoisie pour savoir où en le processus de recrutement. 
Parfois il peut s’agir d’un oubli de la part de recruteur ou tout simplement qu’il soit débordé.
Si vous n’avez pas de réponse au bout de 48 heures à cet e-mail. Passez à autre chose.

L’entretien produit 

Si vous êtes arrivé à cette étape, c’est que vous avez réussi à séduire les RH sur votre potentiel. Vous êtes un fit.

Seulement voilà, le filtre RH est souvent biaisé par sa méconnaissance du rôle.

A cette étape, vous allez devoir élever le niveau car vous allez rencontrer des personnes expertes et qualifiées dans votre domaine.

L’entretien avec votre futur Manager :

Il est possible que votre futur Manager ne soit pas un expert produit mais normalement si.

Quoiqu’il en soit, ayez en tête que le besoin de recruter un product owner vient de lui.

  • Essayez le plus possible possible de comprendre son besoin avant d’étaler tout votre savoir.
  • Comprenez ses motivations premières.

C’est lui qui va décider de vous embaucher ou de vous éliminer.

  • Renseignez-vous sur lui/elle via Linkedin avant de venir à l’entretien.
  • Comprenez son parcours dans la boîte.

Votre recrutement doit directement ou indirectement l’aider à résoudre ses problèmes et atteindre ses objectifs de carrière.

Encore une fois, essayez de vous placer en solution.

La plupart des gens ne recherchent pas un Super candidat qui sait tout faire et qui connaît tout sur tout.

Au contraire, si vous êtes plus expérimenté que lui et que vous le montrez, vous risquez de lui faire peur.

La position dans laquelle vous devez vous placer lors de cet entretien est de vous demander comment vous pouvez être utile pour cette personne.

Cela ne veut pas dire oui à toutes les demandes.

Si vous n’avez pas la réponse à certaines questions, soyez honnêtes et reconnaissez votre méconnaissance.
Montrez également que vous êtes capable de surmonter le problème avec du temps et de l’apprentissage.

Le plus important pour séduire votre futur manager et de lui montrer que vous êtes manageable.

En effet, le boulot de directeur, de manager est essentiellement de gérer des gens.

Avant même d’évaluer vos compétences, votre manager va évaluer votre personnalité et votre autonomie.

L’objet de l’entretien est de savoir si vous êtes quelqu’un qui va lui donner du fil à retordre ou si vous allez lui faciliter la vie.

Avec votre futur n+1, se placer en complément est la clé pour réussir votre entretien d’embauche de product owner

Entretien avec des autres POs

Contrairement au manager, un PO va plutôt vous challenger sur vos compétences.

Il va vous poser des questions plus pointues :

  • Comment vous faites ci ou ça ?
  • Connaissez-vous cette solution ? cette méthode ? cet outil ?

Faites attention ici.
Vous pouvez très vite vous retrouver dans la position de rival.

Entretien entre product owners

Très peu de gens apprécient de se retrouver face à quelqu’un qui semble plus expérimenté et plus smart.

Quelque soit le type de poste, j’ai remarqué que la majorité des employés qui interviewe leurs homologues métier ont la fâcheuse habitude d’être un peu hautain.

Il y a toujours un besoin de se comparer sans doute.

Soyez malin. Faites des réponses factuelles accompagnées d’exemples concrets et de résultats ou de chiffres.

Si vous entrez dans le jeu des arguments, des théories ou des opinions vous allez vite vous retrouver dans un débat d’idées.

L’exercice est de garder une certaine distance.

Quelque soit l’expertise métier du PO en face, sa connaissance des méthodes agiles ou ses convictions sur le métier… ne le provoquez pas.

Laissez le/la parler, exposer ses idées et même si vous n’êtes pas toujours d’accord, répondez avec la célèbre botte secrète :

“Oui, c’est pas faux”

Je déconne pas. Pour ceux qui ont reconnu la référence, cette réponse fonctionne super bien.

Dans un contexte où un interlocuteur essaye de prendre le dessus ou de vous exposer ses idées, finir avec un “C’est pas faux” clot l’argumentaire.

L’entretien technique

Attention danger !

Pour les PO, c’est souvent l’entretien le plus casse gueule. Surtout pour ceux qui n’ont pas de background technique

Directeur technique, développeurs… peu importe, en général l’entretien technique d’un PO est souvent mal conduit par ceux qui l’animent.

Ce n’est que mon expérience, mais j’ai passé beaucoup d’entretiens avec des développeurs ou des directeurs techniques qui m’ont posé des questions comme s’ils devaient recruter un autre développeur.

C’est une déformation professionnelle sans doute mais voici le truc que vous devez retenir dans ce genre d’entretien.

Les développeurs en général se plaignent des specs ou des besoins métiers mal exprimés.

L’idée est de les rassurer en leur garantissant que votre job est de leur fournir des specs claires, compréhensibles et en avance.

Si vous arrivez à leur faire comprendre qu’avec vous il n’y aura pas d’incompréhension sur les fonctionnalités à développer, vous allez les rassurer immédiatement.

Pour aller plus loin

Montrez que vous êtes de leur côté, intéressez-vous aux choix technologiques employés (langage, outils…).

Rien qu’avec cette question, vous en avez pour 10 minutes de réponses de leur part.

Dans ce type d’entretien c’est vous qui devez poser le plus de questions.

Attention cependant, si votre background technique est limité, soyez clair dès le début.

Dites leur que la technique n’est pas votre plus gros atout et que vous comptez sur eux également pour vous éduquer.

Croyez moi, ils n’entendent pas souvent cela.
La majorité des gens qui fréquentent des développeurs et qui ne sont pas technique font tout pour éviter de leur parler.

Se positionner comme une personne qui s’intéresse à ce qu’ils font au quotidien est un Game Changer.

6 pièges à éviter en entretien

Pour finir je vais enfoncer des portes ouvertes, mais je vous donne un rappel des quelques pièges à éviter lors d’un entretien d’embauche d’un product owner.

1. Ne parlez pas trop

C’est souvent l’erreur la plus courante et la plus fatale.

Les candidats ont la fâcheuse habitude de raconter leur vie plutôt que de répondre simplement aux questions posées.

Oui je sais, en principe c’est vous qui êtes interviewé mais pourtant…

Dans la majorité des entretiens, les gens qui posent les questions adorent s’entendre parler.

Laissez vos interlocuteurs s’exprimer.

2. Pas de jugement ou d’opinions

Si vous avez un feedback personnel sur l’industrie ou le produit, gardez le pour vous.

Interdisez-vous les “J’aime, j’aime pas”.

Que ce soit pour la charte graphique, une fonctionnalité ou autres, n’oubliez pas que sont les POs, développeurs, designers en poste qui ont implémenté les fonctionnalités dont vous parlez.

Par ailleurs, vous n’avez pas tout l’historique ou les données, il y a peut être une vraie bonne raison pour avoir conçu le produit de la sorte.

Ne Heurtez pas les sensibilités, cela peut être un vrai deal breaker.

3. Pas d’excuses

Si vous devez expliquer un échec ou une difficulté rencontrée lors de vos précédentes expériences, ne fournissez pas d’excuses.

Soyez mature et assumez vos erreurs. Expliquez les leçons que vous en avez tiré.

Il n’y a rien de pire que d’avoir une personne en face de soi en entretien qui critique son ancien employeur ou qui remet la faute d’un échec sur les autres.

Ce n’est clairement pas une attitude digne d’un bon collaborateur et encore moins d’un product owner.

Votre job est d’assumer. Montrez que vous en êtes capable.

4. Pas de discussion sur le salaire

Attendez de recevoir une proposition d’embauche avant de négocier le salaire.
Ne discutez jamais de salaire lors des entretiens de test à part si on vous le demande.

La seule étape où vous pouvez discuter de vos prétentions salariales est lors du pré-entretien téléphonique avec le responsable RH.
Cette discussion à pour but de cerner si vos attentes sont en phase avec le budget de l’entreprise.

Autrement, ne posez pas de question salaire à votre futur n+1 ou les autres PO.

Ce ne sont pas eux qui décident du budget et cette discussion est très malvenue. 

5. Pas de prétentions

A l’inverse des échecs, ne vous vantez pas trop de vos succès précédents.

Si vous avez des résultats gratifiants à montrer ou des produits / fonctionnalités à succès que vous avez conçus, partagez vos expériences mais restez humble.

Je comprend que vous en soyez fier mais la réalité c’est que ces succès ont certainement été des succès d’équipe.

Partagez des faits ou des chiffres et restez modeste.

Personne n’aime les vantards. Ce sont rarement de bon collègues.

6. Ne soyez pas trop familier

Même si vos interlocuteurs sont extrêmement sympathiques et que vous avez un bon feeling avec eux, on ne sait jamais.

Gardez de la distance et un peu de mystère. Cela reste un entretien professionnel pas une discussion entre potes.

Conclusion

Je sais que ce que je partage ici peut heurter certains d’entre-vous.

La meilleure méthode pour réussir un entretien est faite de beaucoup de non-dit et parfois d’un politiquement correct trop prononcé.

Beaucoup d’entre nous ont le mythe de trouver le job rêvé comme le grand amour.

On imagine que cela doit être évident et naturel.

La réalité est qu’il s’agit bien plus d’un processus graduel. Ce n’est pas pendant les entretiens d’embauche que tout se révèle.

L’entretien d’embauche d’un product owner est une rencontre entre l’offre et la demande qui nécessite un grand respect des règles et un certain formalisme.

C’est une fois embauché que vous apprendrez à mieux connaître votre collègues, etre plus naturel et vous sentir plus à l’aise.

J’espère que ces quelques conseils vous guideront à mieux appréhender votre prochain entretien d’embauche et vous aideront à décrocher un job de product owner.

Bon courage !

One Reply to “Réussir son entretien d’embauche de Product owner”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *