Pourquoi la vision produit est Bullshit

vision produit

La vision produit est un terme qui s’accommode à toutes les sauces dans le milieu du product management.

“Comme le remède miracle attendu. elle rassure, inspire et fédère les équipes.”

C’est beau, j’ai presque envie de verser une larme ! 

Mouais, la vérité c’est que c’est surtout très naïf.

Dans ce post, je vous donne les 4 raisons qui montrent que la vision produit est souvent bullshit pour un product owner.

Bienvenue dans la réalité !

1. La vision produit est un mythe

Plutôt que d’épiloguer, je vais faire court.

“Demandez à des entrepreneurs qui ont réussi”

Il n’existe personne qui à une idée, une vision comme ça, et BAMMM tout fonctionne du premier coup. 

Si vous entendez ça, c’est suspect. Ca voudrait dire que le porteur de vision avaient raison sur tous les paramètres dès le départ.

  • Marché / cible
  • Fonctionnalité / solution
  • Prix
  • Distribution
  • Acquisition
  • Etc…

Lisez plutôt des interviews d’entrepreneurs sincères.

Les ¾ expliquent qu’ils ont découvert leur vision produit après des mois / années d’itérations.

Ils sont partie d’une idée qui a déclenchée l’envie d’agir mais après l’excitation, ils ont tous vécu dans un monde de chaos et d’incertitudes.

Dans le monde de l’entrepreunariat, la vision produit change et pivote tous les jours et c’est tout à fait normal. 

Ceux qui s’entêtent sont souvent ceux qui échouent.

Si vous ne côtoyez pas d’entrepreneurs qui ont réussi, écoutez ceci :

  • Slack racontée par son fondateur Stewart Butterfield qui raconte la vision originale (qui n’a rien à voir)

Il n’y a pas de truc qui s’appelle la vision produit. C’est un mythe que l’on vous raconte pour simplifier les choses.

C’est comme l’histoire de la théorie de la gravitation universelle imaginée par Newton après qu’une pomme lui soit tombée dessus.

Le problème c’est que beaucoup de gens sont restés bloqués au premier degré.

2. La vision produit n’est pas faite pour les product owners

Quand bien même la vision produit existe et n’a rien d’un concept astrologique.

Disons que vous êtes un expert en vision produit. 

Chacune de vos visions se prophétisent et sont exécutées sur le bout des doigts.

J’ai une question pour vous ?

Qu’est ce que vous fichez encore à exercer en tant que product owner pour un autre ?

Rejoignez la ligue supérieure et devenez entrepreneur !

Faites les maths, une vision produit pensée et exécutée de A à Z qui réussie dans l’industrie de la tech vaut beaucoup plus que 50/60k euros l’année.

Dans le monde du software, la vision produit englobe le marketing. 

Qui dit produit, dit AARRR

Si vous capable de tout penser et mettre tout ça en place comme un boss, vous êtes entrepreneur.

Retenez ça, la vision produit est à la charge des entrepreneurs.

Ils doivent déjà avoir réussi à valider leur vision produit avant d’avoir les moyens de vous embaucher.

Quand vous débarquez dans une boîte, la vision produit est déjà sur les rails.
Des personnes se sont tuées à la tâche et ont pris des risques insensés pour la trouver.

Votre job est de la consolider, pas de la réinventer (surtout pas).

Votre périmètre d’intervention se situe au niveau de la mission produit.

3. Ne confondez pas vision et mission

L’une est la conséquence de l’autre.

En gros, la vision c’est le plan à long terme.

  • Où serez vous dans 5 ans ?
  • Combien d’utilisateurs ? Quels marchés ?

La mission c’est une des étapes pour arriver à la réalisation de votre vision.

C’est pour ça, qu’il y a 1 seule vision et plusieurs missions.

Votre mission se concrétise souvent via un objectif mesurable / une KPI.

4. La vision produit est un problème de riches

La vision produit n’a plus sa place dans le monde de la tech.

99% des entreprises et des product owners devraient se concentrer sur leur prochaine mission uniquement.

Le marché est cruel, un facteur peut venir vous tacler brutalement à tout moment.

  • Nouvel acteur, concurrent
  • Régulation, textes de lois
  • Crise économique
  • etc…

A trop regarder au loin, on s’engage dans une direction, on met tous nos oeufs dans le même panier et on perd le focus.

La vision produit est un luxe que vous pouvez vous permettre quand vous avez beaucoup de marge.

A part si vous travaillez au sein de monstres tels que Amazon ou Google qui sont assis sur un piédestal et ont un matelas de sûreté, je ne vois pas qui peut qui se permettre de travailler sur une vision produit à 5 ans.

Même dans les GAFA, quand Mark Zuckerberg s’exprime sur l’avenir de Facebook, il exprime une mission.

Cela lui permet d’en changer au fil des tendances et des opportunités de marchés.

Carlos Diaz parle d’entrepreneurs cafards. 

J’adore cette analogie, loin d’être péjoratif, cela fait référence à des individus qui s’adaptent et qui peuvent survivre à des conditions extrêmes.

Je pense qu’un bon product owner doit aussi être un cafard.

Vous devez vous adapter à tout moment et accepter les réalités.

Les visions, les hypothèses, les feelings, les certitudes personnelles sont des dangers dans votre job.

Fixez-vous une mission, exécutez, échouez, apprenez, réitérez, avancer.

Conclusion

A l’instar du business plan à papa, la vision produit est un leurre et une perte de temps.

C’est un exercice de masturbation intellectuelle qui aboutit à des objectifs qui sont détruits en plein vol à la moindre turbulence et qui n’aboutissent pas. 

C’est tentant de se réunir en atelier de travail, de parler vision, de faire des plans sur la comète et d’accoucher d’un joli powerpoint inspirant à présenter à une audience en manque d’inspiration.

Mais au fond, c’est surtout une perte de focus.

Rien n’est plus motivant que de se donner des missions, de franchir des étapes à court terme et de célébrer des petites victoires.

Le scrum nous apprend à construire en itération, est je crois que c’est la raison de son succès.

C’est moins clinquant, moins bling bling, moins ambitieux, moins inspirant peut être qu’une bonne grosse vision…mais ça marche.

Rangez la vision produit au placard et posez là à côté des reliquats tels que les cahiers des charges type chef de projet, les business plan à 5 ans, les stratégies de cycle en V etc…

Votre seule vision est d’avoir en tête votre prochaine mission et d’anticiper la suivante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *