Comment devenir product owner ?

Devenir product owner

L’une des singularités du métier de product owner est qu’il n’y a pas réellement de parcours académique à suivre pour devenir Product owner.

Aujourd’hui tous les product owners en activité ont un parcours professionnel différent. La majorité d’entre eux sont devenus P.O par coïncidence ou par opportunité de carrière.

  • Quel est le parcours idéal pour devenir product owner ?
  • Comment vous formez ?
  • Quels sont les pré-requis pour devenir product owner ?

Dans cet article, je vous donne des exemples de parcours de product owner et vous oriente sur les choses à savoir pour devenir product owner.

Faut-il être développeur pour devenir product owner ?

Il est facile de faire le raccourci qu’un bon product owner est forcément un ingénieur, développeur ou tout autre profil technique reconverti.

Certes, un parcours technique vous aide à gérer des développeurs au quotidien et parler leurs jargons, pourtant…

Dans la réalité plus de la moitié des product owners viennent d’horizons différents tels que:

  • Le marketing (Marketing manager, campaign manager…)
  • L’analytics (Product analyst, data scientist) 
  • L’expérience utilisateur (designer, UX researcher).

La principale raison est qu’il s’agit d’un rôle situé au carrefour de plusieurs spécialités métiers. 

Le product owner doit en capacité de comprendre et analyser des problématiques clients pour les retranscrire en solution produit.

Voici un exemple :

Imaginez une mission où vous devez refaire la refonte graphique d’un site internet ou d’une application.

Dans ce cas de figure, un bagage “Design” est fortement conseillé car votre mission consistera à collaborer au quotidien avec une équipe d’UX designers.

Idéalement, vous devrez parlez la langue métier des designers et celles des développeurs.

Un autre exemple,

Imaginez cette fois-ci que vous devez optimiser l’engagement d’un onboarding de nouveaux clients sur un site e-commerce.

Dans ce nouveau cas de figure, le candidat idéal est celui qui sait gérer toutes les techniques de growth hacking d’un funnel client. Du coup, il est plutôt conseillé d’avoir un bagage Marketing ou analytique pour implémenter, tester et tracker vos itérations.

En somme, product owner, c’est être un traducteur.

Votre atout numéro 1 est de maîtriser la langue de votre stakeholder principal (le client, le département marketing, commercial etc…) pour comprendre ses besoins.

Ensuite, vous devez retranscrire les besoins clients/utilisateurs à votre équipe de développeurs pour matérialiser les instructions en un produit réel.

Au final, beaucoup de product owners ne viennent pas de carrières techniques.

En fonction des besoins de l’entreprise, les compétences recherchées peuvent être très différentes.

Product owner c’est être l’intermédiaire privilégié des personnes qui ne parlent pas le langage développeur / ingénieur et qui ont besoin d’aide pour réaliser la partie technique d’un projet.

A RETENIR :
Oui, parlez le langage technique est un MUST mais vous devez absolument parler un autre langage métier afin de joindre les 2 mondes.

Comment débuter en tant que product owner ?

Il est difficile de débuter un job de product owner en postulant à une offre d’emploi sans avoir déjà exercé ce métier auparavant.

Très peu d’employeurs prennent le risque d’embaucher quelqu’un d’inconnu qui n’a aucune expérience à ce poste.

La plupart du temps, votre première expérience de product owner se fera suite à une promotion ou une évolution au sein de l’entreprise dans laquelle vous travaillez.

Il est souvent plus facile de passer par cette étape intermédiaire car vous bénéficiez déjà de la confiance de votre employeur.

En vous donnant un nouveau rôle, votre employeur minimise les risques car il connaît déjà vos compétences métiers premières.

Evidemment, c’est à vous de scruter les offres de votre entreprise et de faire la demande.  Si une offre est à pourvoir dans votre boite et que vous rêvez de devenir product owner, sautez sur l’occasion.

Il est possible que votre employeur vous le propose sans vous que ne le demandiez.

Par exemple,

  • Si vous n’avez jamais caché vos envies de devenir product owner, quelqu’un vous recommandera
  • Votre compétence métier est idéale pour la mission de product owner recherchée. Vous semblez être le candidat interne idéal.

Néanmoins, dans plus de la moitié des cas, même si c’est une évidence, un employeur ne va pas vous proposer le poste spontanément.

Son premier réflexe va être de chercher quelqu’un venant de l’extérieur.  En particulier si c’est le premier poste de product owner à pourvoir dans votre entreprise.

Un nouveau départ

Il va sans dire qu’en débutant le métier de product owner, vous aurez le statut de « Junior ».

Si vous êtes un professionnel avec une carrière déjà bien rempli derrière vous, que vous avez déjà atteint le statut Senior, il se peut que vous perceviez le statut de P.O junior comme une régression dans votre carrière.

Comprenez que le mot junior est juste attaché au titre de product owner. Cela n’a rien à voir avec votre âge ou vos années d’expérience dans votre industrie.

Ne soyez pas atteint dans votre égo. Ne gâchez pas une opportunité de carrière qui s’ouvre à vous juste pour un titre sur un contrat de travail.

Personne ne va vous appeler « Product owner Jr ».  Vous n’êtes pas obligé de le mettre sur votre LinkedIn non plus. Indiquez juste Product owner et personne ne viendra vous faire la remarque.

Concrètement c’est quoi un Product owner Junior ?

Dans les faits, le product owner Junior à la même mission qu’un product owner plus confirmé.

La différence est que vous allez gérer des projets ou des missions qui ont moins de business value. 

Par exemple :

  • Vous ne travaillerez pas sur une fonctionnalité sur laquelle le département commercial compte pour atteindre les objectifs de CA de l’année.

Cela ne va pas dire non plus que vous allez faire un boulot de stagiaire.

Non, le but de la phase junior est de vous familiariser avec une équipe de développeurs au quotidien et d’évaluer vos compétences en management.

Un autre point est aussi de vous familiariser avec toutes les méthodes et le jargon agile.

Si vous avez déjà un background technique et que vous avez l’habitude de travailler avec des développeurs au quotidien, alors le but de la phase junior sera plutôt de valider si:

  • Vous pouvez collaborez avec des stakeholders non techniques (marketing, commercial…).
  • Vous êtes en mesure de communiquer avec différents parties et gérez un projet de bout en bout.
  • Obtenez des résultats et des avis positifs.

 Au delà de la formation terrain, il existe des formations et des certifications que vous pouvez autofinancer ou faire financer par votre employeur.

 Que penser des certifications ?

En cherchant un peu sur le web, vous trouverez facilement tout un tas de Certifications product owner, agile, scrum etc…

La plus connue et celle qui fait référence est la certification Professional scrum product owner de Scrum.org. 

Cette certification vous prendra 2 ou 3 jours de cours intensifs suivi d’un examen dans un centre situé près de chez vous.

Si vous habitez dans un trou perdu, il existe également des certifications 100% en ligne.

Honnêtement, je ne saurais vous conseiller ou déconseiller de passer une certification de product owner. 

Si vous en avez les moyens ou que cette certification est pris en charge à 100%, je vous dirais allez-y, cela ne peut pas vous faire de mal.

Mais plus globalement, je ne pense qu’il faille passer une certification pour devenir un product owner ou pour être un bon product owner.

Rien ne vaut la pratique (voir paragraphe précédent).  Un peu de théorie est nécessaire mais il existe beaucoup d’ouvrages consacrés au Scrum ou au métier de Product owner qui sont amplement suffisants pour maîtriser tous les contours du métier.

A mon avis ce genre de certification ne servira qu’à vous donner confiance et vous rassurer.  Ne croyez pas que vous pouvez devenir product owner en 2 jours seulement et qu’un employeur va vous embaucher parce que vous avez un bout de papier signé par un établissement reconnu conforme 

Par expérience, la plupart des employeurs ne vous demandent jamais si vous avez une certification de product owner. 

Les pré-requis pour devenir product owner ?

Au-delà d’un background technique minimum et d’une expertise métier,  le product owner se définit avant tout par ses soft skills.

C’est impossible de faire l’inventaire de toutes les soft skills à avoir mais quand je recrute un product owner, voici les 3 principales qualités que je regarde chez un candidat.

1. La communication

Je ne le répéterai jamais assez: le product owner est un profil aux compétences hybrides qui est en relation constante avec différents acteurs importants de l’entreprise.

Votre capacité à communiquer, à faire passer un message, à convaincre et se faire comprendre auprès d’interlocuteurs aux profils complètement différents est un MUST. 

Je ne vais pas y aller par quatre chemins: Je pense qu’il est impossible de réussir dans le métier sans cette compétence clé.

C’est tellement évident qu’il est inutile de trop insister dessus mais pour rappel un bon communiquant est avant tout quelqu’un qui a une grande capacité d’écoute.   

Si vous avez des lacunes dans votre communication (rassurez-vous on en a tous), la bonne nouvelle est que ça se travaille.
Le meilleur moyen pour développer sa capacité à communiquer est de lire des livres à ce sujet.

2. L’esprit d’analyse

L’autre soft skill tout aussi importante est de posséder une capacité d’analyse au-dessus de la moyenne.

Au cours d’une seule journée de travail de product owner, vous allez recevoir une quantité d’information colossale.
Afin de ne pas céder à la panique,  vous devrez être en mesure de faire le tri entre ce qui est urgent et ce qui peut attendre.

Cet esprit d’analyse vous sert à évaluer rapidement l’impact d’une nouvelle information sur votre  planning de réalisation et vos objectifs.

Par exemple:

  • Un client important qui se plaint de votre dernière fonctionnalité
  • Un bug en production survenu dans les 2 dernières heures

3. La capacité de décision 

Enfin, la dernier pré-requis pour devenir product owner est que vous devez être un décisionnaire dans l’âme.

Ce n’est pas suffisant de savoir analyser une situation, le rôle implique également de décider vite et souvent.

Sur un seul sprint, vous devrez absolument prendre des dizaines de décisions (micro et grosses) dont une partie d’entres-elles seront forcément mauvaises. 

C’est votre capacité à vous relever et à rectifier le tir qui vont déterminer votre succès dans le rôle.

Évidemment, si vous vous trompez trop souvent et que cela impacte vos résultats, vous serez sanctionné par vos supérieurs. Pire que ça, des mauvaises décisions peuvent causer une perte de confiance de votre équipe.

Néanmoins dans certains cas, vous devez être capable de prendre des décisions qui vont à l’encontre de certains avis (clients, supérieurs, membre de l’équipe, départements marketing, commercial…).

En tant que product owner vous êtes la seule personne dans l’entreprise qui possède une vision 360 du produit (vision business, challenges techniques, point de vues clients..).

Votre rôle est de décider quel est le meilleur chemin à suivre pour la stratégie produit quelque soit les pressions qu’il subit.

En résumé

Devenir product owner n’est pas à la portée de tous. Vous ne deviendrez pas product owner du jour au lendemain sur un coup de tête ou en répondant à une offre d’emploi à la sortie de l’école.

Il faut souvent avoir connu une expérience professionnelle riche au préalable.

L’exigence du poste fait que l’on devient product owner un peu par voie de méritocratie.

Si vous avez l’ambition de le devenir un jour, le plus important est de travailler votre expertise métier principale. 

L’apprentissage des méthodologies agiles et autres certifications scrum sont des choses qui peuvent s’apprendre en parallèle. Ce ne sont juste que des process.

Pour conclure, assurez-vous également de travailler sur vos soft skills. Une expérience de management d’équipe (peu importe le domaine) est un excellent apprentissage pour appréhender le métier de product owner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *